Election sans Opposition

Les tensions politiques sont fortes en ce mois de janvier au Bangladesh, après avoir maintenu les élections du 5 janvier sans que le partie de l’opposition (BNP) y participe, la démocratie a un gout amer pour cette nouvelle année.

Pas moins de 50 000 soldats avaient été mobilisés dans la crainte de nouvelles violences au terme d’une campagne délétère et des mois de grèves, de manifestations et de blocages qui ont coûté la vie à 150 personnes.

Le BNP, dont nombre de cadres sont en prison ou en fuite, avait décidé de boycotter le scrutin protester contre la décision de Sheikh Hasina Wajed et de ne pas suivre la tradition, qui veut qu’un gouvernement apolitique de transition soit formé avant les élections.