Freezing refugees in Arsal

Thousands of Syrian refugees living in makeshift camps in Lebanon weathering a winter storm that brought snow, rain and freezing temperatures to the country. 

In northern Arsal, just cross the border of syria, layers of snow atop flimsy shelters housing tens of thousands of recently arrived syrian refugees. Despites the conditions, refugees were continuing to arrive, including groups of families fleeingthe syrian town of Yabrud in the Qalamoun region north of Damacus. 

Alors que l’armée syrienne a repris la ville de Qara, située dans la région de Qalamoun mi-novembre, les habitants ont fui vers la localité d’Arsal au Liban. Plus de 12 000 personnes ont franchi la frontière en une semaine. La ville manque de moyens pour les accueillir dans des conditions décentes alors que l’hiver s’installe. Les syriens s’abritent dans des tentes ou des bâtiments préfabriqués ou la température est de -5°. Pro-opposition, la ville est entourée par des villages qui soutiennent le régime d’Assad, et sert de base arrière aux rebelles syriens. Si l’armée régulière reprend la région, Arsal risque de se retrouver isolée.

Arsal, la seule porte d’entrée vers le Liban.

Tous passent la frontière illégalement, ils n’ont pas le choix. Arsal, dont la majorité des habitants est sunnite, est la seule localité qui les soutient dans cette zone de la plaine de la Bekaa et sert de base arrière aux rebelles syriens de la région : les villages voisins sont à majorité chiites, contrôlés par le Hezbollah qui soutient le régime de Bashar el Assad. Entourée de voisins hostiles, elle pourrait se retrouver prise en étau si Qalamoun repassait aux mains du régime.