Les Hmongs

Au moment de la guerre d’Indochine, les Hmongs, populations montagnardes, ont en partie pris fait et cause pour la France. Toutefois, après la débâcle de Dien Bien Phu en 1954, le gouvernement français s’est détourné d’eux. Les Hmongs sont, pour la première fois, abandonnés. Dans les années 60, la guerre au Vietnam bat son plein. Une partie des Hmongs du Laos est recrutée et formée par la CIA pour participer à La guerre secrète contre les Nord-Vietnamiens. En 1975, les Américains se retirent du pays. La guerre est perdue. Les Hmongs sont, pour la deuxième fois, abandonnés à leur sort.

Héritage de la guerre froide : les Hmongs sont considérés depuis cette époque comme des traitres et persécutés comme tels par les autorités laotiennes. En trente ans, des dizaines de milliers de personnes ont fui vers la Thaïlande, la France, les États Unis et beaucoup d’autres pays dans le monde afin d’y trouver refuge . En 2004, quatre à cinq mille Hmongs débarquent dans le nord-est de la Thaïlande. En 2009, Ils  expulsent pourtant près de 4000 personnes, et les renvoient au Laos vers un emprisonnement certain.

Aujourd’hui, les Hmong se sont installés dans la région Xieng Khouang ou ils vivent en paix avec d’autres minorités ethniques. Vers le nord également plusieurs communautés Hmong se sont implantées mais ne sont toujours pas acceptées. Dans les montagnes, une poignée de guerrier fidèle à leur mission des années 70 se battent encore contre l’oppresseur communiste du Laos.

©Jonathan Fontaine